Campagne 25 mai - Tant que nous les cherchons, les enfants disparus sont toujours avec nous

Child Focus News

22-05-2020

Campagne 25 mai - Tant que nous les cherchons, les enfants disparus sont toujours avec nous

Dans le cadre de la Journée Internationale des Enfants Disparus (25 mai), Child Focus, la Fondation pour enfants disparus et sexuellement exploités souhaite une fois de plus souligner l'importance de la recherche de ces enfants. Par le biais d'un spot télé et radio, le grand public est ainsi confronté aux souvenirs que les parents gardent de leurs enfants disparus.

Découvrez le spot télé de la campagne ici: https://www.youtube.com/watch?v=G6X_q6cXklA

Child Focus traite chaque année 2.000 dossiers de disparition, dont environ 95 % sont rapidement résolus. L'une des principales raisons de cette efficacité est le protocole de collaboration solide et exceptionnel qui existe entre Child Focus, la police (la Cellule des Personnes Disparues de la Police Fédérale, dirigée par Alain Remue, ainsi que les services de police locaux) et la justice (le parquet). Cette collaboration est basée sur la confiance mutuelle et la complémentarité. Child Focus agit comme un lien entre la victime et/ou les membres de sa famille, les services d’aide,  les autorités judiciaires et les services de police, toujours dans l'intérêt de l'enfant. La Fondation diffuse des avis de recherche et rassemble témoignages et informations auprès du grand public.

Le plus grand nombre de signalements d'enfants disparus que Child Focus traite chaque année concerne la catégorie des « fugueurs ». En 2019, Child Focus a traité 992 dossiers de fugue, dont 816 étaient de nouveaux signalements. « La fugue est un symptôme de problèmes sous-jacents auxquels les enfants ne voient aucune autre issue. Il s'agit d'un événement bouleversant qui a un impact majeur sur la vie du jeune et de ses proches. » déclare Heidi De Pauw, CEO de Child Focus.

Lors de disparitions inquiétantes, la Cellule des Personnes Disparues de la Police Fédérale entre également en action. La plupart des personnes disparues sont retrouvées rapidement, mais malheureusement l'année dernière, 9 jeunes ont été retrouvés sans vie. Dans un certain nombre de cas, il s'agissait d'un accident tragique mais malheureusement, comme nous le savons, Julie Van Espen a été victime d'une violence brutale et impitoyable. « Chaque disparition mérite d'être traitée avec la plus grande attention, car ne pas savoir ce qui est arrivé à son enfant est très grave et impossible à décrire » déclare Alain Remue, chef de département Cellule des Personnes Disparues de la Police Fédérale. « L'intense collaboration que nous avons avec tous nos partenaires de la Cellule des Personnes Disparues, et Child Focus est sans aucun doute l'un d'entre eux, a pour objectif principal d'apporter des réponses aux parents et aux proches d’enfants disparus. Car hélas, aussi étrange que cela puisse paraître : même les mauvaises nouvelles sont mieux que l'absence de nouvelles... »

D'autre part, nous constatons une augmentation inquiétante du délai de résolution dans les dossiers d'enlèvements internationaux d'enfants par l’un des parents. En 2019, 487 dossiers d'enlèvements internationaux d'enfants ont été traités. Ceux-ci impliquaient 905 enfants, soit une augmentation d'environ 50% par rapport à l'année précédente. Il s'agit souvent de plusieurs enfants par famille, ce qui explique entre autre cette augmentation. Nous craignons également une augmentation de ce type de dossier après le confinement lié au virus Covid-19. Nous plaidons donc pour une médiation et un accord mutuel entre les parents comme étant la solution la plus rapide et la plus durable. Cependant, cette méthode n'est pas encore suffisamment appliquée. Les  avocats ne transfèrent pas assez vers les médiateurs et les parents pensent que ce n’est pas une solution en soi. Ils ont parfois l’impression qu’il s’agit d’un signe de faiblesse pour les deux parties. Un autre élément de taille concerne l'exécution des jugements qui fait perdre beaucoup de temps, lorsque les parents refusent d'exécuter un jugement concernant la garde. Un guide de bonnes pratiques est actuellement en cours d'élaboration, en collaboration avec les enfants et les jeunes, pour faciliter ce processus. Enfin, Child Focus propose de désigner un tuteur pour chaque enfant dans un dossier d'enlèvement, celui-ci représenterait ses intérêts et l’informerait de manière neutre et appropriée sur les procédures et les verdicts le concernant.

Ce 25 mai, Child Focus invite donc le grand public à se souvenir des histoires qui se cachent derrière chaque dossier de disparition. Dans notre pays, nous avons encore une vingtaine d'enfants impliqués dans des dossiers de disparitions de longue durée. Les souvenirs de ces parents d’enfants disparus vivent à travers les avis de recherche partagés entre autre sur les réseaux sociaux et permettent aussi de poursuivre les recherches. Le grand public peut donc d’une part, continuer à partager ces messages et d'autre part porter un myosotis (broche en fleur) en signe de soutien aux proches des enfants disparus.

Child Focus remercie l'agence de marketing Wunderman Thompson Antwerp pour sa généreuse collaboration ainsi que la réalisatrice flamande Fien Troch pour la réalisation du spot télé. 

 

Plus d’informations :

- Child Focus – Selyna Ayuso Ferrandiz – Public Relations Manager – 0473/81.17.82 – selyna.ayusoferrandiz@childfocus.org

- Service Presse Police Fédérale – 0477/50.18.01 – federal.press@police.belgium.eu

© 2019 Child Focus | Avenue Houba - de Strooper 292 | B-1020 Bruxelles | BE19 3101 2229 9912