Pourquoi les jeunes adorent-ils les réseaux sociaux ?

Oui, les jeunes adorent Facebook. En fait, ce qu’ils adorent c’est la dynamique des réseaux sociaux. Ils peuvent communiquer avec leur amis, renforcer leurs amitiés, se divertir seul ou à plusieurs, planifier des sorties, publier des photos, s’échanger des informations, et bien sûr des réponses de leurs devoirs. Pratique et gratuit ! Certains utilisent aussi les réseaux sociaux pour faire de nouvelles connaissances mais c’est en fait moins fréquent (27% des 9-16 ans en Belgique font de nouvelles connaissances en ligne). Ils préfèrent retrouver leurs amis ou bavarder avec des amis d’amis. Mais ces activités n’expliquent pas complètement cet engouement presque obsessionnel pour les réseaux sociaux. En effet, à travers les médias sociaux, les adolescents recherchent une forme de reconnaissance et de valorisation. En publiant du contenu, ils sont en attente d’une réaction de leurs pairs. Ils attendent la validation de leurs actes. Ils sont en recherche d’adhésion ou d’une réaction. De cette manière, ils peuvent concrètement visualiser leur popularité dans leur groupe. Parallèlement, les réseaux sociaux permettent aux jeunes de gérer leur image. En choisissant l’image qu’ils postent, ils essayent de montrer leurs meilleur profil, en tout cas celui qu’ils ont envie de montrer. Ils ont l’impression de pouvoir contrôler leur réputation. Cette approche est révolutionnaire et modifie leur rapport à l’image.

Parallèlement, le Web 2.0 offre aussi l’opportunité aux jeunes internautes de devenir créateurs de contenu. Ils sont acteurs sur la toile. Ils en profitent pour montrer leurs talents de musiciens, de joueurs, d’activistes citoyens.

Sans oublier que les réseaux sociaux sont accessibles partout et tout le temps, via leur GSM, consoles et ce à la maison ou dans les espaces publiques.

Quels en sont les aspects positifs ?

Les réseaux sociaux regorgent d’avantages dont les internautes, jeunes ou moins jeunes, peuvent tirer parti. Ils sont de véritables services de communication intégrés. Communication, divertissement, amis, groupes d’amis en fonction des centres d’intérêt, hobbies, échanges de photos et d’infos, planification d’évènements, activisme social sont l’apanage des réseaux sociaux. Ils créent un sentiment d'appartenance à une communauté de personnes partageant des points communs. Ils offrent des opportunités de socialisation multiples pour la vie personnelle et professionnelle.  Pour les jeunes, leurs profils sont en quelque sorte la preuve de leur identité sur Internet et un témoin de leur reconnaissance sociale : le nombre de « like », de réactions reçues et le nombre d'amis témoignent directement de leur popularité. Parallèlement, ils leur offrent de créer une image positive de soi. Nombreux sont ceux qui n’hésitent pas à utiliser les médias sociaux pour montrer leur talents, être créatifs et soutenir une bonne cause.

Et les risques dans tout ça ?

Une utilisation intelligente des réseaux sociaux s’accompagne de vigilance, notamment sur les aspects suivant : 

  • Souvent, des jeunes indiquent inconsidérément dans leur profil des informations trop personnelles (nom, prénom, adresse, numéro de téléphone, etc.). Ces informations peuvent être utilisées contre eux à mauvais escient. Voir notre rubrique « Vie privée ».
  • Le cyber-harcèlement via les profils. Voir notre rubrique « Cyber-harcèlement ».
  • La publicité ciblée : les entreprises créent également des profils dans le but de faire valoir leurs produits auprès des jeunes, d'où la profusion de publicités sur ces sites.
  • La loi sur le copyright et les droits d'auteurs contraint tout un chacun qui souhaite utiliser un logo de demander une autorisation à l'organisation ou l'entreprise concernée. Cela vaut également pour les textes, poèmes... trouvés sur différents sites. Les jeunes omettent souvent cette obligation.
  • Tout le monde dispose d'un « droit à l'image ». Il s'agit du droit que tout un chacun possède de décider si une photo ou une vidéo sur laquelle il/elle apparaît distinctement peut ou non être publiée. Les jeunes placent souvent sur Internet des photos de leurs amis pour, par exemple, montrer ce qu'ils ont fait pendant le week-end. Ils doivent néanmoins demander la permission aux intéressés. Voir notre rubrique « Droit à l’image ».

Peut-on devenir accro à Facebook ?

Bonne nouvelle : on ne devient pas physiquement accros aux réseaux sociaux. On est curieux des réactions de nos amis. C’est plutôt la peur de manquer quelque chose qui scotche jeunes et moins jeunes aux réseaux sociaux. Même si ceux-ci resteront populaires auprès des enfants et des adolescents, on assiste tout de même à une perte de vitesse du géant Facebook. Deviendrait-il de moins en moins cool?  Le problème de Facebook réside dans son interface, trop compliquée, trop risquée, et surtout, trop grouillante de parents, privant les adolescents de la liberté à laquelle ils aspirent sur les réseaux. La présence de publicités et des entreprises fait aussi fuir les ados de ce géant du Web pour se tourner vers d’autres alternatives souvent plus facilement accessible depuis leurs GSM.

Les réseaux sociaux et le GSM… ça change quoi ?

Ça va plus vite. Les GSM et les tablettes augmentent l’immédiateté dans l’usage des réseaux sociaux : une photo ou une vidéo sera tout de suite partagée sur Facebook et commentée par un ami. Cette instantanéité renforce la spontanéité, facilite la communication ou agrémente la joie d’un moment mais elle peut aussi diminuer la prise de recul et la réflexion souvent bien nécessaire avant de publier du contenu en ligne. Alors, même si la rapidité séduit, amenons les jeunes à toujours  réfléchir avant de publier car une fois postée, la photo vivra encore longtemps sur Internet…

Quelques chiffres comme points d’attention

1 profil sur 4 des utilisateurs mineurs belges de Facebook est accessible de tous. Apprenons aux enfants et aux adolescents à optimaliser leurs paramètres de confidentialité sur les réseaux sociaux.

« Réfléchis avant de publier », voilà une idée à partager largement avec les jeunes utilisateurs des réseaux sociaux.

En Belgique, 40% des 9-12 ans sont inscrits sur un site de socialisation. Rien ne sert d’interdire car ils trouveront des alternatives pour s’y rendre en cachette. Il est important de rester connecté avec eux par le dialogue. Les accompagner dans leur découverte des réseaux sociaux afin de s’assurer qu’ils n’adoptent pas de conduite à risque s’avère être la meilleure voie.

Quoi qu’il en soit, montrez de l’intérêt pour les activités des enfants sur les réseaux sociaux. Amusez-vous ensemble, passez du bon temps. De cette manière, vous entamerez facilement une discussion positive sur le sujet. Plus d'infos sur comment en parler ici.

Outils:

Testez vos connaissances et quel type de cyber-parent vous êtes.
Notre dossier pédagogique 'Réfléchis avant de publier' pourra vous donner des idées pour sensibiliser votre enfant à avoir un usage responsable du Net.
Encouragez votre enfant à jouer à Master F.I.N.D., un jeu éducatif sur les réesaux sociaux et la vie privée en ligne
Des tas d'autres outils sont à votre disposition via le Media Center de Child Focus.

© 2015 Child Focus | Avenue Houba - de Strooper 292 | B-1020 Bruxelles | BE19 3101 2229 9912