Filtres et systèmes de contrôle

Pour protéger les enfants des contenus inadéquats sur Internet, l'idéal semble d'installer un filtre. Et pourtant... Les filtres ne sont pas toujours fiables et ne sont pas vraiment la solution idéale. S'ils bloquent efficacement les sites pornographiques, leurs performances laissent à désirer vis-à-vis des autres contenus préjudiciables…

Comment fonctionnent les filtres ?

Les logiciels de filtrage peuvent

  • soit interdire l’accès aux sites dont l’adresse est répertoriée sur , établie par l’éditeur du logiciel ou par l’utilisateur lui-même,
  • soit refuser les adresses ou les contenus comportant des mots indésirables (filtrage par mots-clés).
  • Soit n’autoriser l’accès qu’à certains sites dont l’utilisateur a choisi les adresses, selon le principe inverse de la liste noir : la "liste blanche" Naturellement, cette seconde option réduit considérablement l’accès à l’Internet.

Ces logiciels peuvent être utilisés dans les systèmes d’exploitation (OS, Windows, Linux…) mais aussi dans les navigateurs Web (Explorer, Chrome, Safari, Firefox…).

Par ailleurs, des dispositifs de filtrage sont désormais intégrés dans d’autres logiciels et sur d’autres types d’équipements que l'ordinateur (tablettes, smartphones, consoles de jeux, télévisions numériques…).

Sont-ils vraiment efficaces?

Même si les filtres permettent de bloquer des contenus indésirables comme des publications commerciales, ils ne seront jamais efficaces à 100%. Aucune barrière technique ne pourra empêcher des enfants d’être confrontés à du contenu inapproprié. En surfant, en créant des profils ou en téléchargeant des films, les jeunes pourraient tomber sur des contenus pornographiques, racistes ou violents. Il est donc important de les encadrer. A l’heure de l’hyper-connexion, les enfants surfent partout : à l’école, à la bibliothèque, chez les grands-parents, dans l’espace publique, dans les transports en commun, bref vraiment partout. Les appareils qu’ils utilisent pour le faire ne seront pas forcément équipés de filtres. Parallèlement, aucun filtre ne pourra gérer, bloquer ou limiter les résultats des interactions entre internautes comme par exemple des conversations sur les espaces de chat, des nouvelles rencontres, les publications de vidéos. Enfin, les filtres ne sont pas des obstacles infranchissables. Ils sont désinstallables et dans ce registre la créativité des jeunes est sans limite. Ils y parviennent presque aisément.

Des systèmes de filtrage dans mon institution (écoles, maisons de jeunes, bibliothèques…) ?

Destiné à un usage intensif, le parc informatique de l’institution devra être bien protégé. Commencer par équiper les machines de logiciels anti-spam et firewall efficaces sera indispensable. Ensuite la question de l’usage de système de filtrage se posera inévitablement vu que les ordinateurs seront utilisés par de jeunes internautes dans un contexte scolaire ou ludique. Installer des filtres, ou pas, sera le résultat d’une décision collégiale au sein de l’institution et devrait faire partie de la vision globale de l’organisme par rapport aux médias en ligne. Face à ce questionnement, la cellule cyber-classe de la Fédération Wallonie-Bruxelles préconise, mais n’oblige pas, l’installation de systèmes de contrôle afin que les élèves ne soient pas déconcentrés lors des sessions d’apprentissage électronique.

© 2015 Child Focus | Avenue Houba - de Strooper 292 | B-1020 Bruxelles | BE19 3101 2229 9912