Exploitation sexuelle

Exploitation sexuelle

  • Avez-vous vu des images d’abus sexuels d’enfants ?

    Chacune de ces images représente un enfant victime d’abus sexuels. Chaque fois que ces images sont consultées, c’est l’enfant qui est à nouveau exploité. Si vous les signalez via notre point de contact civil, nous pouvons aider à faire disparaître ces images et à retrouver l’enfant et les coupables. Ainsi, l’exploitation continuelle prendra fin. Les signalements peuvent être anonymes.

    Signaler des images d’abus sexuels d’enfants >
     

    Vous n’avez pas (encore) vu d’images d’abus sexuels d’enfants ?

    Ouf ! Nous espérons que vous n’y serez jamais confronté. Mais, si à l’avenir vous en voyez, veuillez, s’il vous plait, nous le signaler. En effet, votre signalement nous aidera à retrouver l’enfant et les coupables afin de mettre un terme à l’exploitation sexuelle. A cet effet, nous vous invitons à télécharger le filtre StopChildporno sur votre ordinateur. Il s’agit d’un bouton de signalement automatiquement installé dans la barre d’outils de Chrome. Ainsi, vous pourrez d’un simple clic transmettre des images d’abus sexuels d’enfants à notre point de contact civil Child Focus.

    Installer le filtre StopChildPorno >

  • “Un jour, un inconnu sur Skype m’a dit que je devrais devenir mannequin. Il m’a demandé de poser devant la webcam. J’ai bien évidemment refusé ! Je l’ai bloqué et supprimé de mes contacts (Luna, 14 ans).”

    Qu’est-ce que le grooming ?

    Le grooming désigne la stratégie de sollicitation d’un mineur par un adulte, qui s’efforce d’affaiblir la résistance et les inhibitions du jeune à des fins sexuelles. Après avoir gagné sa confiance, le groomer demande d’envoyer des photos de lui (partiellement) nu et s’en sert ensuite pour tenter de le manipuler et de l’abuser sexuellement. L’abus sexuel peut aussi bien se dérouler en ligne (via une webcam, une session de chat, un mail…) que hors ligne (lors d’une rencontre réelle).

    Le grooming est-il passible de poursuites ?

    Depuis peu, le grooming est désigné comme un fait passible de poursuites dans le Code pénal, même s’il se produit uniquement en ligne. D’autres faits qui accompagnent souvent le grooming, tels que le harcèlement, l’attentat à la pudeur et l’outrage aux bonnes mœurs, sont également repris dans une disposition du Code pénal et sont dès lors condamnables. Le fait de (faire) réaliser des images à caractère sexuel de mineurs relève de la législation applicable en matière de pornographie enfantine.

    Que faire si vous êtes victime de grooming ?

    La victime de grooming ou un de ses proches peut déposer plainte auprès de la police locale. Pour que la police puisse enquêter, il est important de fournir des preuves matérielles : échanges d’e-mails, sessions de chat avec mention de la date et de l’heure, SMS, photos…

    Il ne faut certainement pas sous-estimer les conséquences psychologiques du grooming. Outre la souffrance liée à l’abus physique, la confiance et l’assurance de la victime sont souvent fortement ébranlés. Une aide psychologique peut donc s’avérer nécessaire.

    N’hésitez pas à contacter Child Focus si vous avez des questions sur le grooming ou si vous y êtes confrontés. Nous sommes là pour vous aider !

    Les rencontres en ligne »

    Les adolescents qui connaissent leurs premiers émois amoureux aiment souvent se livrer à de nouvelles expériences, en ligne comme dans la vie réelle. Il s’agit là d’une attitude tout à fait normale!
    Les réseaux sociaux ou les applications de rencontres en ligne (Tinder par ex.) permettent d’entrer en contact avec un nouvel amour potentiel. Ces échanges en ligne excitants font partie du processus d’expérimentation.

    Convenir d’un rendez-vous avec un parfait inconnu n’est bien sûr pas une bonne idée, mais prenez la peine de parcourir les conseils ci-dessous. Ils peuvent vous aider à vous éclairer de façon positive et sur les précautions à prendre en matière de rencontres en ligne. 

    Comment savoir si ton interlocuteur a de mauvaises intentions ? Qu’est-ce qu’un chatteur suspect ?

    • Quelqu’un qui veut maintenir votre amitié virtuelle secrète : “Ne parle de moi à personne. C’est notre petit secret.”
    • Quelqu’un qui tente d’obtenir ton nom, ton adresse et ton numéro de téléphone : “Si tu me donnes ton adresse, je t’enverrai une belle surprise.”
    • Quelqu’un qui essaie de t’amadouer ou qui insiste : “Pourquoi ne me donnes-tu pas ton mot de passe ? Tu ne me fais pas confiance ?”
    • Quelqu’un qui essaie de te contraindre à certaines choses : “J’ai ton adresse IP, donc je sais où tu habites.” Tu dois savoir qu’on ne peut pas relier une adresse IP (le numéro d’identification de ton pc) à une personne ou à une adresse. Seule la police peut établir ce lien.
    • Grooming : Le Groomer est un séducteur inconnu avec qui tu chattes depuis longtemps. Ces individus sentent quand tu n’es pas sûre de toi et que tu as besoin de soutien. Ils gagnent ta confiance en jouant l’ami compréhensif et en te faisant des compliments. Ils tentent ensuite de t’inciter à te dénuder.
    • Faux dénicheurs de modèle : ces individus sont soi-disant à la recherche de nouveaux modèles à photographier. Ils te demandent de te dénuder (partiellement) devant la webcam, pour voir si tu corresponds aux critères du mannequinat. Une véritable agence de mannequins ne recrutera jamais ses modèles de cette façon sur internet !

    Prévention et éducation aux médias »

    En tant que parent, vous pouvez faire un travail de prévention en mettant ainsi l’accent sur l’éducation aux médias et le dialogue, les risques de grooming ou de mauvaises expériences seront plus limités.

    • Discutez du « grooming » avec votre enfant. Expliquez-lui de quoi il s’agit et attirez son attention sur le caractère manipulateur du groomer et de ses agissements.
    • Mettez-le en garde contre les risques d’une rencontre réelle. Si votre enfant veut quand même accepter une rencontre, recommandez-lui d’emmener un(e) ami(e) et de choisir un lieu public très fréquenté en pleine journée.
    • Apprenez à votre enfant à dire « non » et à stopper tout contact lorsque quelqu’un l’« aborde » d’une façon qui lui déplaît.
    • Expliquez-lui qu’il doit parler à quelqu’un (vous, par exemple) s’il voit ou vit une situation qui le met mal à l’aise.
    • Accordez-vous sur le fait qu’il ne doit pas publier de photos ou de vidéos qu’il pourrait regretter par la suite ou qui sont susceptibles d’être interprétées comme des invitations sexuelles. Déconseillez-lui également de choisir un surnom ou une adresse e-mail suggestifs.
    • Expliquez-lui pourquoi il ne peut jamais donner son numéro de téléphone et son adresse à des inconnus.
    • Restez de temps en temps à proximité de votre enfant lorsqu’il utilise Internet. Il est installé dans le salon avec sa tablette ou son smartphone ? Parfait ! En revanche, le laisser surfer seul dans sa chambre n’est pas une bonne idée pour les plus jeunes.

    Conseil:

    Tu as l’impression que quelque chose cloche et que la personne est ‘trop belle pour être vraie’ ? Fie-toi à ton instinct, tu as probablement raison…

  • Qu’est-ce que le sexting ?

    Les jeunes utilisent les médias sociaux et d’autres moyens ICT pour se livrer à diverses expérimentations sur le plan sexuel : ils s’envoient des messages ou des photos à caractère sexuel, prennent des poses aguichantes et flirtent devant la webcam. Cette expression de leur sexualité n’est pas problématique en soi, mais comporte certains risques.

    Pourquoi les jeunes agissent-ils de la sorte ?

    Les enseignants et éducateurs éprouvent souvent des difficultés à comprendre les raisons qui amènent les adolescents à envoyer des photos sexy d’eux-mêmes. Ces raisons peuvent être multiples. Le sexting est généralement lié à une découverte « normale » de la sexualité chez les jeunes, dans le cadre d’une relation amoureuse. Certains jeunes envoient aussi leurs photos à des personnes qu’ils ne connaissent absolument pas, parce qu’ils jugent la chose moins risquée. Ils veulent ainsi être l’objet d’une certaine forme d’intérêt sexuel. Parfois, le sexting est aussi considéré comme une sorte de blague ou de défi entre amis.

    Quand le sexting devient-il problématique ?

    Dans nombre de cas, le sexting n’est absolument pas problématique. Les photos ne quittent pas le cadre intime dans lequel elles ont été envoyées et les jeunes ont suffisamment de respect l’un pour l’autre pour ne pas les diffuser en dehors.

    Parfois cependant, cette confiance est trahie et les photos sont transmises à d’autres personnes, voire publiées sur Internet.

    La gravité de la situation dépend de plusieurs facteurs :

    • La nature des photos : s’agit-il de photos en sous-vêtements ou sexuellement explicites ? Voit-on seulement le corps ou aussi le visage ?
    • L’intention : pourquoi a-t-on fait ces photos ? La « victime » était-elle tout à fait consentante ou y a-t-il eu une certaine contrainte/une mauvaise appréciation ?
    • L’ampleur de la diffusion des photos : s’agissait-il d’un SMS envoyé à une seule personne ou d’une publication sur Facebook ?

    Gestion des dérapages liés au sexting au sein d’une école ou d’une organisation de jeunesse. 

    Dans le cadre de vos fonctions d’enseignant, comment allez-vous gérer la situation ? Que faire si ce dérapage survient au sein de l’école ? Quelle est la meilleure façon d’aborder le sujet avec les élèves ?

    Quelques principes essentiels à retenir :

    • Rôle informatif : il importe que la direction et les enseignants connaissent l’existence du sexting et sachent en quoi il consiste. Dans le cadre de l’éducation aux médias, on peut alors attirer l’attention des élèves, mais aussi des parents, sur le sujet.
    • Intégrez l’éducation aux médias axée sur le sexting dans les cours existants : ICT, éducation sexuelle, projets libres, etc.
    • Ne condamnez pas : l’envie d’expérimenter et de tester les limites sont indissociables de l’adolescence.
    • Sensibilisez : amenez les élèves à prendre conscience des risques, à savoir que si des photos sexuellement explicites sont largement diffusées, il sera extrêmement difficile de les récupérer pour les supprimer.
    • Réfléchir à l’impact psychologique qu’entraîne la diffusion d’un sexting.
    • Insistez sur la responsabilité de chaque élève. Une situation dépasse les bornes ? Veillez à ce que les autres élèves puissent signaler les faits à une personne de confiance au sein de l’école.

© 2015 Child Focus | Avenue Houba - de Strooper 292 | B-1020 Bruxelles | BE19 3101 2229 9912